Canadian Children's Rights Council
Conseil canadien des droits des enfants
menu house Paternity Fraud Female Sexual Predators Stop Spanking
Virtual Library of Newspaper Articles

Correctional Service Canada

Correctional Services Canada / Service correctionnel du Canada

Female Sex Offenders in the Correctional Service of Canada, Case Studies / Délinquantes sexuelles sous la responsabilité du Service correctionnel du Canada, études de cas

Français         Updated March 10, 2009

LITERATURE REVIEW ON FEMALE SEX OFFENDERS

Although there is an increasing literature on male sex offenders, there is a noticeable dearth of information concerning female sex offenders. Most of the work in the area has come from three of the largest prison programs for female sex offenders in Missouri, Minnesota, and Kentucky.

OVERALL NEGLECT OF FEMALE SEXUAL OFFENCES

For a variety of societal reasons, female sexual abuse is likely to remain unnoticed. Some researchers have found that the incidence of sexual contact with boys by women is much Read More ..evalent than is contended in the clinical literature (Condy, Templer Brown & Veaco, 1987). Despite society's increasing concern about sexual assault, there may be several reasons for the under-reporting of female sexual abuse of both child and adult victims. Traditionally, society has held preconceptions of women as non-violent nurturers. Women in general, and mothers Read More ..ecifically, have Read More ..eedom than men to touch children (Marvasti, 1986). Therefore, a man may be Read More ..sily perceived as abusive when touching a child than when a woman touches a child in a similar manner (Plummer, 1981). Further, sexual offences perpetrated by women are often incestuous in nature and children may be reluctant to report sexual contact with a parent on whom they are dependent (Groth, 1979). Health care workers are often unable to detect mother-child incest as mothers often accompany their children to the doctor's office. This may serve as a barrier to detecting sexual abuse of the child (Elliott & Peterson, 1993). The medical profession is only reluctantly becoming sensitive to the fact that females can, in fact, be perpetrators of sexual abuse (Wilkins, 1990; Krug, 1989).

Female sexual abuse of adolescent and adult men may also go unnoticed from a legal perspective. In general, men are viewed as physically incapable of being sexually abused by women, and the myth that females are exclusively victims of sexual abuse has only recently been challenged. Sarrel & Masters (1982) provide evidence contradicting the belief that it is impossible for men to respond sexually when subjected to sexual molestation by females. They present eleven cases of male molestation by females, indicating that the male sex response can occur in a variety of emotional states including anger and terror. Brown, Hull and Panesis (1984) report thirteen cases of females arrested for the rape of both female and male victims in Massachusetts between the years 1974 and 1978 as well as an additional seven cases from 1980 to 1981. Petrovich and Templer (1984) report that part of their sample of male inmates in a medium security penitentiary were molested by men or women when they were between the ages of 16 and 54 years of age.

Another reason why female sexual assaults of men may be neglected is that males, in general, are reluctant to report sexual abuse (Elliot & Briere, 1994). This is mainly due to the denial and shame associated with male victimisation. Therefore, the sexual assault of a man by a woman is likely to be unreported because of actual or perceived social consequences (Williams, 1995).

PREVALENCE OF SEX OFFENDING BY WOMEN

Due to the possible underestimation of female sex offending, the accurate assessment of the problem is difficult. Sex offences are generally thought to be committed by men against women or children and to date, most investigators believe that males make up the majority of sex offenders. Many researchers consider Finkelhor and Russell's (1984) estimates of the prevalence of female sex offending to be the most accurate to date. Their tentative evaluation is that females may account for up to 13% of the abuse of females and 24% of the abuse of males, either acting alone or with a partner. Graham (unpublished) validates Finkelhor and Russell's (1984) estimates by indicating that 24.62% of male sex offenders in his study had a history of sexual abuse by a female. Finkelhor and Russell (1984) also estimated that approximately 6% of sexual abuse against females and 14% of sexual abuse against males is thought to be perpetrated by females acting alone.

Although it is rare, it is apparent that women are capable of and do commit sexual offences against both children and adults. In 1991, Dr. Fred Mathews made the point that female sex offenders are a significant population worthy of attention. He states:

"[assuming that approximately 10% of child molesters are female]...if one, in seven Canadian men and one in four women were sexually abused as a child, as a study has indicated, that works out to be about five million people. Ten percent of that figure would mean 500,000 Canadians have been abused by girls or women; 1 percent would mean about 50,000. I don't know about you, but that doesn't seem like a minor number" (Globe & Mail, October 30, 1991, pp. A1-A2).

As it is obvious that female sex offenders are largely a neglected but important population, research must place Read More ..cus on their development and criminal behaviour, in order to recommend appropriate intervention strategies both prior to and after incarceration.

FEMALE CHILD AND ADOLESCENT PERPETRATORS OF SEXUAL OFFENSES

Little research has been carried out in the area of female child and adolescent perpetrators of sex offences. This research may provide some insight into the development of the adult female sex offender (Fehrenbach & Monastersky, 1988). Although some researchers have found that female sex offending tends to occur in adulthood and not in childhood or adolescence (Wolfe, 1985; McCarty, 1986), other researchers have described female child and adolescent perpetrators of sexual abuse (Mathews, 1987b, Mathews, 1987c, Mathews 1987d; Fehrenbach and Monastersky, 1988; Johnson, 1989; Higgs, Canavan, & Meyer, 1992). Johnson (1989) described the behaviour of thirteen female child sex offenders between the ages of four and thirteen years of age. There was a correlation of 100% between perpetration of sexual assaults and prior sexual victimization. In contrast, Johnson (1988) found that 49% of male child perpetrators of sex offences had a history of sexual victimization. Similar findings for child female sex offenders were reported by Knopp and Lackey (1987) in a survey of 44 treatment providers of female sexual abusers in the United States. The survey revealed that, of 41 respondents who treated female sex offenders, fifteen treated those under the age of eleven. Once again, all the female sex offenders studied had been sexually victimized.

Adolescent female perpetrators of sex offending have also been examined. Knopp and Lackey (1987) examined 44 treatment providers of female sex offenders and found 35 treated female sex offenders between the ages of eleven and seventeen years. Both Mathews (1987b, 1987c, 1987d) in the Phase adolescent female sex offenders' group in Minnesota and Higgs, et al. (1992) present individual case studies. In addition to these researchers, Fehrenbach and Monastersky (1988) report a history of early sexual victimization of the female sex offenders studied.

Fehrenbach and Monastersky (1988) provide an interesting contrast to the notion that female sex offenders often co-offend with males. In examining a sample of adolescent female sex offenders, they indicate that these women, unlike adult female sex offenders, tend to commit offences without any coercion from male co-offenders. As with other studies on female sex offenders, Fehrenbach and Monastersky (1988) caution about generalizing from their sample to other populations. Clearly, research is needed in this area in order to better understand the processes which influence the development of sexual deviance in females. The current literature strongly suggests that past sexual victimization plays a significant role in the development of female sex offenders.

INCARCERATED FEMALE SEX OFFENDERS

Although at least one researcher claims that female sex offenders are generally psychotic (O'Connor, 1987), a larger literature refutes this claim (Wolfe, 1985; Marvasti, 1986; Grier, Clark & Stoner, 1993). Female sex offenders tend to be young, ranging in age from approximately 17-24 years (Brown et al., 1984) with low socio-economic status and poor education (Mathews, Matthews & Speltz, 1989). They also generally deny or minimize their behaviour (Wolfe, 1985) and have substance abuse problems (Mathews et al., 1989). This is generally consistent with research on male sex offenders.

OFFENSES

Females are capable of several forms of sexual abuse on a variety of victims. Travin, Cullen and Protter (1990) classify female sex offences as either involving or lacking physical contact. Generally, offences tend to involve physical contact (Knopp & Lackey, 1987). Although very few researchers have studied females committing offences such as exhibitionism or fetishism, a few studies have described such cases (Grob, 1985; Hollender, Brown & Roback, 1977; Zavitzianos, 1971). Female sex offenders are also unlikely to use violence against their victims (Marvasti, 1986; Johnson & Shrier, 1987).

Laury (1992) discusses a rare form of offence involving the sexual abuse of male patients by females employed in health care. They state that although this form of abuse is rare, health professionals cannot ignore its existence.

TYPOLOGIES

Due to the paucity of research, there are no well-formulated theories of female sexual offending. A major setback in research on female sex offenders is small sample size. Researchers have attempted to develop typologies of female sex offenders based on observable characteristics of these offenders and their offences. In general, studies have reported individual cases. For example, Faller (1987) classified female sex offenders as: single parent, polyincestuous, psychotic, adolescent, and non-custodial abuse. McCarty (1986) categorized female sex offenders as co-offenders, accomplices, or independent offenders. FurtherRead More ..Sarrel and Masters (1982) suggested classifying female sexual offenders as: forced assault, baby-sitter abuse, incestuous abuse, and dominant woman abuse. Although, Faller (1987), McCarty (1986) and Sarrel and Masters (1982) have classified female sex offenders by offence characteristics, Mathews et al. (1989) have developed a female sex offender typology,: teacher/lover, male-coerced, and predisposed, based on the offenders' motivation to commit sexual offences. Atkinson (1995) agrees that this typology is the most useful of those described.

Teacher/Lover

The teacher/lover offender type is an adult woman who acts as the initiator of the sexual abuse of an adolescent; usually a male. She has a difficult time accepting her behaviour as criminal as she has no hostility toward her victim. This type of sex offender acts in a position of power through her age and role in the adolescent's life. The teacher/lover is seeking a loving sexual expression in her interactions with the victim. She feels that her sexual favours are an act of kindness towards the victim and she believes the victim's experiences with her are positive expressions of love.

The teacher/lover is usually a victim of severe emotional and verbal abuse as a child. Her family environment is likely to have been dysfunctional, with her father distant and verbally and physically abusive towards her. She is typically a victim of extrafamilial sexual abuse as an adolescent. The teacher/lover has often had a history of sexually abusive relationships with her lovers.

The teacher/lover tends to be defensive and denies the reality of her actions. She also minimizes the negative impact of her actions on the victim. She may be acting out her anger. This type of offender is also likely to have a drug or alcohol addiction.

Male-Coerced/ Male-Accompanied

A male-coerced offender is influenced by a male to participate in sexual abuse. Usually the victim of this abuse is the offender's daughter. These women are likely to endorse traditional roles in a relationship, taking the position of homemaker and mother/wife and their mate as the "breadwinner." Male-coerced sex offenders fear their husbands and feel powerless in interpersonal relationships. They are commonly subjected to the threat of physical punishment by their partner. These offenders are likely to join in sexual abuse which their partner has previously committed on his own.

Characteristics of these offenders include: low to average level of intellectual functioning, passivity, underassertiveness, anger and antisocial tendencies, low self-esteem and difficulty believing that others can care about them. Along with overdependency in relationships, these women also tend to have alcohol and/or drug problems. In an earlier classification of female sex offenders, Mathews (1987) distinguished between male-coerced and male-accompanied offenders. Male-coerced offenders are reluctant to participate in abuse but fear punishment, whereas male-accompanied offenders usually participate Read More .. actively in sexual abuse.

Predisposed

Predisposed sex offenders independently initiate sexual abuse. They themselves, have been victims of severe sexual abuse in childhood. FurtherRead More ..they have typically been abused by family, strangers and acquaintances throughout their lives. Predisposed offenders come from families where sexual abuse has been common throughout generations. Their victims tend to be family members, often their own children. In addition to being sexually abused, victims of these offenders are also often physically abused and neglected by the offender.

Although they may escape their childhood sexual abuse in adolescence, it is rare for these offenders to be involved in a healthy sexual relationship. Instead, they have a tendency to become involved with abusive male partners. These women may also have sadistic fantasies that can be triggered by anger. This anger may result from concern about their ability to control acting on their urges. Predisposed offenders tend to commit offences which are violent in nature and involve young victims (under six years of age). These offenders are also chronically suicidal and self-injurious.

Predisposed sex offenders have "low self-esteem, passivity, extreme anger, and acting out behaviour, accompanied by what would be identified as psychopathology (i.e., extreme distrust, anguish, nervousness, distorted thinking, feelings of persecution, and dependence on drugs, alcohol, food or dependent relationships with men)" (p. 39, Mathews et al., 1989).

VICTIMS

Females are Read More ..mmonly victims of female sex offenders than males (Mathews et al., 1989, Faller 1987, Brown et al., 1984). FurtherRead More .. victims tend to be children known to the offender (Wakefield & Underwager, 1991; Knopp & Lackey, 1987; Brown et al., 1984; Elliot, 1993). Many of the victims tend to be the offender's own children (Lukianowicz, 1972; Faller, 1987; Allen, 1990). In general, the literature regarding mother-child incest has been presented as individual case studies (Wahl, 1960; Shengold, 1980; Margolis 1984; McCarty, 1986; Marvasti, 1986; Banning, 1989; Lawson, 1991). Although Chasnoff, Burns, Schnoll, Burns, Chisum & Kyle-Spore (1986) report cases of maternal-neonatal incest, it is believed that victims of female sex offenders are rarely infants. Chasnoff et al.'s (1986) study reported three sexual abuse cases by women participating in an addiction program for women and their infants.

TREATMENT

To date, the major treatment programs for female sex offenders are in Minnesota. In 1984, a treatment program for female sex offenders was developed by the Minnesota Correctional Facility in Shakopee in response to the increasing number of women incarcerated for sexual crimes. The original program components included intensive group psychotherapy, and additional couples and family therapy. An intensive two-day Sexual Learning Seminar (repeated two times a year) was later added. In addition to this, a weekly support group, ten-week sex education groups, intensive two day treatment marathons, prison staff training, and an extensive research component including program evaluation and case analysis were also added. The program also offers outpatient services through program therapists' private practices. These services are offered to female sex offenders and women who are fearful of committing a sexual crime. Often these services act as an aftercare program for women who have left prison (Mathews, 1987g).

A second program, Genesis II, began in Minneapolis in May 1985, just months after development of the program at the womens' correctional facility. This program offered outpatient treatment for female sex offenders. The driving force for this program came from referrals from the court system, of women who had been convicted of sex crimes but who were not incarcerated. In addition, referrals were provided by Child Protection social workers and private therapists of women who had admitted to sex abuse or were suspected of abuse. Victims of these women were, for the most part, their own children (Mathews, 1987g).

Length of involvement in the program is dependent on treatment goals, but is on average, fifteen months. The majority of females that are involved in the sex offender treatment program also participate in Genesis II's comprehensive day treatment. Women attend the program with their pre-school aged children six hours a day, for a period of eight to twelve months. This day-treatment provides participants with additional individual and group therapy, independent living skills training, parenting education, adult education, sexuality education, and developmental day-care (Mathews, 1987g).

The broad treatment goals of Genesis II include: taking responsibility for the sexually abusive behaviour, gaining an understanding of and empathy for the victim, gaining awareness of one's own emotional and psychological processes that led to the abuse, and establishing a way to meet one's own sexual and

interpersonal needs without victimizing others (Mathews, 1987g). These are also treatment goals for male sex offenders.

However, there is a need for Read More ..nder specific programming for female sex offenders. Among special needs for female sex offenders are: coming to terms with their own sexuality, moving away from shame, and, at times, dealing with male dependency (Mathews, 1987e, 1987f).


Délinquantes sexuelles sous la responsabilité du Service correctionnel du Canada, études de cas

EXAMEN DE LA DOCUMENTATION SUR LES DÉLINQUANTES SEXUELLES

La documentation sur les délinquants sexuels s'accroît alors que l'information sur les délinquantes sexuelles est clairement déficiente. La plupart des travaux en ce domaine proviennent de trois des programmes les plus importants établis pour les délinquantes sexuelles au Missouri, au Minnesota et au Kentucky.

DÉSINTÉRESSEMENT GÉNÉRAL À L'ÉGARD DES INFRACTIONS SEXUELLES COMMISES PAR DES FEMMES

Pour diverses raisons sociales, les mauvais traitements sexuels infligés par les femmes demeurent généralement cachés. Certains chercheurs ont découvert que l'incidence des contacts sexuels entre des femmes et des garçons est beaucoup plus élevée que ne l'estime la documentation clinique (Condy, Templer Brown et Veaco, 1987). En dépit du fait que la société se préoccupe de plus en plus de l'agression sexuelle, plusieurs raisons pourraient faire que l'on parle moins des cas de mauvais traitements sexuels infligés par des femmes à des enfants ou à des adultes. La société a toujours perçu les femmes comme des nourricières non violentes. Les femmes en général, et surtout les mères, ont plus de latitude pour toucher les enfants que les hommes (Marvasti, 1986). Par conséquent, un homme qui touche un enfant de la même manière que le fait une femme peut être plus facilement perçu comme un agresseur (Plummer, 1981). En outre, les infractions sexuelles commises par des femmes sont souvent de nature incestueuse et les enfants peuvent hésiter à dénoncer un contact sexuel avec un parent dont ils dépendent (Groth, 1979). Les travailleurs du domaine de la santé sont souvent incapables de déceler les cas d'inceste entre l'enfant et la mère car cette dernière accompagne souvent l'enfant au bureau du médecin. Cela peut empêcher de dépister les mauvais traitements sexuels infligés à l'enfant (Elliott et Peterson, 1993). La profession médicale prend à contrecoeur conscience du fait que les femmes peuvent en fait infliger de mauvais traitements sexuels. (Wilkins, 1990; Krug, 1989).

L'exploitation sexuelle d'adolescents et d'hommes adultes par des femmes peut aussi demeurer inaperçue sur le plan juridique. En général, on estime qu'il est physiquement impossible pour les hommes d'être victimes de mauvais traitements sexuels de la part des femmes et le mythe selon lequel seules les femmes sont victimes d'agression sexuelle n'a que tout récemment été remis en question. Sarrel et Masters (1982) ont apporté des preuves qui contredisent la croyance selon laquelle il est impossible pour des hommes d'avoir des réactions sexuelles lorsqu'ils sont soumis à une atteinte aux moeurs par des femmes. Ils présentent 11 cas où des femmes ont agi de cette façon à l'égard d'un homme, dont il ressort qu'une réaction sexuelle est possible chez l'homme lorsqu'il se trouve dans divers états émotifs dont la colère et la terreur. Brown, Hull et Panesis (1984) signalent 13 cas où des femmes ont été arrêtées pour le viol de victimes féminines et masculines au Massachusetts entre 1974 et 1978, et sept cas de plus survenus entre 1980 et 1981. Par ailleurs, Petrovich et Templer (1984) soulignent qu'une partie des détenus d'un échantillon choisi dans un pénitencier à sécurité moyenne ont fait l'objet d'atteinte aux moeurs par des hommes ou des femmes lorsqu'ils avaient entre 16 et 54 ans.

Une autre raison pour laquelle les agressions sexuelles des femmes à l'égard des hommes pourraient passer davantage inaperçues est que ces derniers, en règle générale, hésitent à dénoncer ces agressions (Elliot et Briere, 1994). Cela tient surtout au déni et à la honte de leur victimisation chez les hommes. Par conséquent, l'agression sexuelle d'un homme par une femme ne sera probablement pas déclarée en raison de conséquences sociales réelles ou perçues (Williams, 1995).

PRÉVALENCE DE LA DÉLINQUANCE SEXUELLE CHEZ LES FEMMES

En raison d'une sous-estimation possible de la délinquance sexuelle chez les femmes, il est difficile d'évaluer le problème avec exactitude. La perception générale veut que les infractions sexuelles soient commises par des hommes à l'égard de femmes ou d'enfants et, jusqu'à présent, la plupart des enquêteurs estiment que la majorité des délinquants sexuels sont des hommes. De nombreux chercheurs considèrent que les estimations de la prévalence de la délinquance sexuelle chez les femmes effectuées par Finkelhor et Russell (1984) sont les plus exactes jusqu'à présent. D'après leur évaluation provisoire, une proportion allant jusqu'à 13 % des cas de mauvais traitements infligés à des femmes et 24 % des cas de mauvais traitements infligés à des hommes pourraient être attribuables à des femmes agissant seules ou avec un partenaire. Graham (non publié) confirme la justesse des estimations de Finkelhor et Russell (1984) en indiquant que 24,62 % des délinquants sexuels inclus dans son étude avaient été l'objet d'agression sexuelle de la part d'une femme. En outre, selon Finkelhor et Russell (1984), environ 6 % des cas de mauvais traitements sexuels où les victimes sont des femmes et 14 % des cas où les victimes sont des hommes seraient attribuables à des femmes agissant seules.

Bien que cela soit rare, il est évident que les femmes sont, en puissance et en réalité, capables de commettre des agressions sexuelles à l'égard enfants et d'adultes. En 1991, le Dr Fred Mathews a fait remarquer que les délinquantes sexuelles constituent un groupe important dont il vaut la peine de s'occuper. Il déclare :

[traduction]

[en supposant qu'environ 10 % de ceux qui portent atteinte à la pudeur d'un enfant soient des femmes]... s'il est vrai, que comme une étude l'a indiqué, un Canadien sur sept et une Canadienne sur quatre ont été victimes de mauvais traitements sexuels dans l'enfance, cela équivaut à environ 5 millions de personnes. Dix pour cent de ce chiffre signifierait que 500 000 Canadiens ont été l'objet de mauvais traitements sexuels infligés par des filles ou des femmes; et s'il s'agit de un pour cent, il s'agirait de 50 000 personnes. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ce chiffre ne me semble pas insignifiant (Globe & Mail, 30 octobre 1991, pp. A1-A2).»

Vu que les délinquantes sexuelles constituent un groupe dont on parle peu mais qui est important, les chercheurs doivent se pencher davantage sur leur développement et leur comportement criminel, afin de recommander des stratégies d'intervention pertinentes avant et après l'incarcération.

FILLETTES ET ADOLESCENTES AUTEURS D'INFRACTIONS SEXUELLES

Bien peu de recherches aient été effectuées au sujet des fillettes et adolescentes auteurs d'infractions sexuelles. Ces recherches pourraient cependant permettre de mieux comprendre l'évolution menant à la délinquance sexuelle chez les femmes adultes (Fehrenbach et Monastersky, 1988). Bien que, d'après certains chercheurs, la délinquance sexuelle chez les femmes a tendance à se manifester à l'âge adulte et non pas pendant l'enfance ou l'adolescence (Wolfe, 1985; McCarty, 1986), d'autres chercheurs ont décrit des fillettes et des adolescentes qui ont commis des agressions sexuelles (Mathews, 1987b, Mathews, 1987c, Mathews 1987d; Fehrenbach et Monastersky, 1988; Johnson, 1989; Higgs, Canavan, et Meyer, 1992). Johnson (1989) a décrit le comportement de treize délinquantes sexuelles âgées de quatre à treize ans. La corrélation entre le fait d'avoir commis des agressions sexuelles et celui d'en avoir été victime était totale. Par contre, Johnson (1988) a conclu que 49 % des garçons ayant commis des infractions sexuelles avaient été victimes eux-mêmes de mauvais traitements. Des résultats semblables au sujet de fillettes ayant commis des agressions sexuelles ont été obtenus par Knopp et Lackey (1987) au cours d'une enquête auprès de 44 personnes engagées dans le traitement des délinquantes sexuelles aux états-Unis. En effet, l'étude révèle que parmi les 41 participants ayant traité des délinquantes sexuelles, 15 avaient traité des petites filles de moins de 11 ans. À nouveau, toutes les délinquantes sexuelles dont on a étudié le cas avaient été victimes d'agression sexuelle.

On a aussi examiné des cas où des adolescentes ont commis des infractions sexuelles. Knopp et Lackey (1987) ont examiné 44 personnes chargées de traiter les délinquantes sexuelles et ont constaté que 35 avaient traité des délinquantes âgées de 11 à 17 ans. Mathews, (1987b, 1987c, 1987d) dans son groupe d'adolescentes délinquantes sexuelles au Minnesota, et Higgs et coll. (1992) présentent des études de cas individuels. En outre, Fehrenbach et Monastersky (1988) ont signalé que les délinquantes sexuelles visées par leur étude avaient été victimes de mauvais traitements sexuels à un très jeune âge.

Fehrenbach et Monastersky (1988) présentent un contraste intéressant à la notion selon laquelle les délinquantes sexuelles agissent souvent de concert avec des hommes. En examinant un échantillon de délinquantes sexuelles adolescentes, ils ont indiqué que, contrairement aux délinquantes sexuelles adultes, elles ont tendance à agir sans y être contraintes par un coagresseur masculin. Comme l'ont fait les auteurs d'autres études sur les délinquantes sexuelles, Fehrenbach et Monastersky (1988) ont fait une mise en garde contre l'application à d'autres populations de conclusions générales tirées sur leurs échantillon. Il est évident qu'il faut effectuer plus de recherche dans ce domaine afin de mieux comprendre les processus qui jouent dans le développement de déviations sexuelles chez les femmes. La documentation la plus récente suggère fortement que le fait d'avoir été elle-même victime d'agression sexuelle joue un rôle important dans le développement de la délinquante sexuelle.

DÉLINQUANTES SEXUELLES INCARCÉRÉES

Bien qu'au moins un chercheur soit d'avis que les délinquantes sexuelles sont généralement psychotiques (O'Connor, 1987), un nombre plus grand de documents rejette cette affirmation (Wolfe, 1985; Marvasti, 1986; Grier, Clark et Stoner, 1993). Les délinquantes sexuelles sont souvent jeunes, âgées d'environ 17 à 24 ans (Brown et coll. 1984), ont un statut socio-économique peu élevé et un bas niveau d'instruction (Mathews, Mathews et Speltz, 1989). Elles tendent aussi généralement à nier leur comportement ou à en réduire l'importance (Wolfe, 1985) et ont des problèmes de toxicomanie (Mathews et coll., 1989). Ces conclusions sont généralement semblables à celles qui découlent de la recherche sur les délinquants sexuels.

INFRACTIONS

Les femmes sont capables d'infliger différentes sortes de mauvais traitements et ce, à différentes victimes. Travin, Cullen et Protter (1990) catégorisent les infractions des délinquantes sexuelles selon qu'il y a ou non un contact physique. En général, les infractions comportent la plupart du temps un contact physique (Knopp et Lackey, 1987). Très peu de chercheurs ont étudié des cas où des femmes commettent des infractions telles que l'exhibitionnisme et le fétichisme, mais quelques études ont décrit de tels cas (Grob, 1985; Hollender, Brown et Roback, 1977; Zavitzianos, 1971). Par ailleurs, il est assez rare que les délinquantes sexuelles usent de violence à l'égard de leurs victimes (Marvasti, 1986; Johnson et Shrier, 1987).

Laury (1992) discute d'une forme rare d'infraction où des femmes travaillant dans le secteur de la santé exploitent sexuellement des patients de sexe masculin. Il indique, même si cette sorte de mauvais traitements est rare, les professionnels de la santé ne peuvent pas en en faire abstraction.

TYPOLOGIE

En raison d'une pénurie de recherches, il n'y a pas de théories bien formulées sur les infractions des délinquantes sexuelles. Une des grandes difficultés à laquelle est confrontée la recherche sur les délinquantes sexuelles tient à la petite taille des échantillons. Les chercheurs ont tenté de mettre au point des typologies de délinquance sexuelle chez les femmes en se fondant sur les caractéristiques observables de ces délinquantes et de leurs infractions. En général, les études ont porté sur des cas individuels. Par exemple, Faller (1987) a classé les délinquantes sexuelles selon les catégories suivantes : chef de famille monoparentale, relations incestueuses multiples, psychotique, adolescente, et agression à l'extérieur d'une situation de garde. McCarty (1986) a catégorisé les délinquantes sexuelles en tant que coagresseurs, complices ou agresseurs indépendants. En outre, Sarrel et Masters (1982) ont suggéré une classification des délinquantes sexuelles selon qu'elles ont commis une agression entraînant le recours à la force, en tant que gardienne d'enfants, dans une situation incestueuse, et en tant que femme dominante. Faller (1987), McCarty (1986) et Sarrel et Masters (1982) ont classifié les délinquantes sexuelles en fonction des caractéristiques de leur infraction, mais Mathews et coll. (1989) ont élaboré une typologie des délinquantes sexuelles dont les catégories sont : instructrice amante, contrainte par un homme, et prédisposée; ces catégories sont fondées sur les motifs qui ont poussé les délinquantes à commettre une agression sexuelle. Atkinson (1995) estime que cette typologie est la plus utile de celles qui ont été décrites.

Instructrice/amante

Le type «instructrice amante» est une femme adulte qui entreprend l'exploitation sexuelle d'un adolescent, généralement un garçon. Elle a beaucoup de difficulté à reconnaître que son comportement est criminel et ne ressent aucune hostilité à l'égard de sa victime. Elle est en position de force en raison du pouvoir que lui confère son âge et son rôle dans la vie de l'adolescent. L'instructrice amante recherche une expression sexuelle aimante dans ses interactions avec la victime. Elle croit que ses faveurs sexuelles constituent un acte de bonté à l'égard de sa victime et qu'il s'agit d'une expression positive d'amour.

Habituellement, l'instructrice amante a été victime de violence psychologique et verbale grave dans l'enfance. Son milieu familial a probablement été dysfonctionnel, et son père était distant avec elle et lui infligeait de mauvais traitements verbaux et physiques. Elle a presque toujours été une victime d'agression sexuelle extrafamiliale dans l'adolescence. Souvent, dans ses relations avec ses amants, l'instructrice amante a subi de mauvais traitements sexuels.

L'instructrice amante a tendance à être sur la défensive et à nier la réalité de ses actes. En outre, elle minimise l'impact négatif de ses actions sur sa victime. Ses actions peuvent être l'expression de sa colère. De plus, ce type de délinquante est souvent toxicomane ou alcoolique.

Contrainte/accompagnée par un homme

Dans le cas de la délinquante dite «contrainte par un homme», celui-ci l'a incitée à participer à l'agression sexuelle. En général, la victime est la fille de la délinquante. Dans un couple, ce type de femme généralement joue le rôle traditionnel de femme au foyer, mère et épouse, et son conjoint, celui de «gagne-pain». Les délinquantes sexuelles «contraintes par un homme» craignent leur mari et se sentent impuissantes dans leurs relations interpersonnelles. Elles sont souvent menacées de châtiments physiques par leur partenaire. Elles finissent par participer à l'exploitation sexuelle que leur partenaire avait déjà infligée seul.

Les caractéristiques de ces délinquantes comprennent notamment : niveau faible à moyen de capacité intellectuelle, passivité, manque d'assurance, colère et tendances antisociales, faible estime de soi et difficulté à croire qu'elles peuvent être aimées. En plus d'une surdépendance dans leur relation, ces femmes ont aussi tendance à avoir des problèmes liés à l'alcoolisme ou la toxicomanie. Dans une classification des délinquantes sexuelles qu'il avait établie auparavant, Mathews (1987) a fait une distinction entre les délinquantes «contraintes par un homme» et celles «accompagnées par un homme». Celles qui sont «contraintes par un homme» hésitent à participer à l'agression, mais ont peur d'être punies, tandis que celles qui sont «accompagnées par un homme» en général y participent plus activement.

Prédisposée

Les délinquantes sexuelles dites «prédisposées» s'engagent de leur propre chef dans l'agression sexuelle. Elles ont elles-mêmes été victimes d'agressions sexuelles graves dans l'enfance. En outre, elles ont généralement subi de mauvais traitements de la part de leur famille, d'étrangers et de connaissances pendant toute leur vie. Les délinquantes «prédisposées» proviennent de familles où l'exploitation sexuelle est chose courante depuis des générations. Leurs victimes sont généralement des membres de la famille, souvent leurs propres enfants. En plus d'être l'objet d'agression sexuelle, les victimes de ces délinquantes sont souvent aussi maltraitées physiquement et négligées par elles.

Bien qu'il arrive qu'elles s'échappent de cette situation d'exploitation sexuelle pendant l'adolescence, ces délinquantes peuvent rarement avoir des relations sexuelles saines. Elles ont plutôt tendance à choisir des partenaires masculins abusifs. Ces femmes peuvent aussi entretenir des fantasmes sadiques qui peuvent être déclenchés par la colère. Cette colère peut provenir de l'inquiétude qu'elles ressentent au sujet de leur capacité de se maîtriser face à leurs pulsions. Les délinquantes «prédisposées» commettent souvent des infractions de nature violente à l'égard de jeunes victimes (de moins de six ans). Ces délinquantes ont également de tendances chroniques au suicide et à l'autodestruction.

Les délinquantes sexuelles «prédisposées» souffrent «d'un manque d'estime de soi, de passivité, de colère excessive et de comportements impulsifs accompagnés de ce que l'on pourrait appeler une psychopathologie (p. ex., méfiance extrême, angoisse, nervosité, pensée non objective, sentiment de persécution et dépendance à l'égard de drogues, d'alcool, de nourriture ou relations dépendantes avec des hommes)» (p. 39, Mathews et coll., 1989).

VICTIMES

Les victimes des délinquantes sexuelles sont plus souvent des femmes que des hommes (Mathews et coll., 1989, Faller 1987, Brown et coll., 1984). En outre, les victimes sont généralement des enfants connus de l'agresseur (Wakefield et Underwager, 1991; Knopp et Lackey, 1987; Brown et coll., 1984; Elliot, 1993). Un grand nombre des victimes sont les propres enfants de la délinquante (Lukianowicz, 1972; Faller, 1987; Allen, 1990). En règle générale, les documents sur l'inceste mère-enfant présentent des études de cas individuels (Wahl, 1960; Shengold, 1980; Margolis 1984; McCarty, 1986; Marvasti, 1986; Banning, 1989; Lawson, 1991). Bien que Chasnoff, Burns, Schnoll, Burns, Chisum et Kyle-Spore (1986) aient signalé des cas d'inceste maternel-néonatal, on croit généralement que les victimes des délinquantes sexuelles sont rarement des nourrissons. L'étude de Chasnoff et coll. (1986) signale trois cas de mauvais traitements sexuels infligés par des femmes participant à un programme de traitement de la toxicomanie à l'intention de femmes et de leurs nourrissons.

TRAITEMENT

À l'heure actuelle, les principaux programmes de traitement des délinquantes sexuelles se trouvent au Minnesota. En 1984, un programme de traitement pour délinquantes sexuelles a été mis sur pied par la Minnesota Correctional Facility à Shakopee en raison du nombre croissant de femmes incarcérées pour des crimes sexuels. Le programme original comprenait des séances intensives de psychothérapie de groupe et d'autres séances de thérapie pour les couples et la famille. Plus tard, un séminaire intensif de deux jours sur l'apprentissage sexuel (répété deux fois par année) a été ajouté. En outre, on a ajouté un groupe de soutien hebdomadaire, des groupes d'éducation sexuelle de dix semaines, des séances intensives de traitement de deux jours, la formation du personnel des prisons ainsi qu'une composante de recherches intensives comprenant l'évaluation du programme et l'analyse de cas. Le programme offre aussi des services externes par l'entremise des pratiques privées des thérapeutes participant au programme. Ces services sont offerts aux délinquantes sexuelles et aux femmes qui craignent de commettre un crime sexuel. Souvent, ils constituent un programme de suivi pour les femmes qui sont sorties de prison (Mathews, 1987g).

En mai 1995, un autre programme intitulé Genesis II a été mis en place à Minneapolis quelques mois seulement après la mise en oeuvre du programme à l'établissement correctionnel pour les femmes. Ce programme offre aux délinquantes sexuelles un traitement en consultation externe. La force motrice de ce programme provient du fait que le système judiciaire recommande aux femmes qui ont été reconnues coupables de crimes sexuels mais n'ont pas été incarcérées, de s'y inscrire. En outre, les travailleurs sociaux de la Protection de l'enfance et les thérapeutes privés recommandent également aux femmes qui ont admis avoir commis des agressions sexuelles ou que l'on soupçonne de tels actes de s'y inscrire. Dans la plupart des cas, les victimes de ces femmes étaient leurs propres enfants (Mathews, 1987g).

La durée de la participation au programme dépend des objectifs du traitement; la moyenne est d'environ quinze mois. La majorité des femmes qui participent au programme de traitement des délinquantes sexuelles suivent également le traitement de jour complet offert par Genesis II. Dans le cadre de ce programme, les femmes viennent avec leurs enfants d'âge préscolaire six heures par jour pendant une période de huit à douze mois. Ce traitement de jour donne aux participantes l'occasion de suivre des séances additionnelles de thérapie individuelle et de groupe, des cours d'acquisition de compétences psychosociales, des cours sur l'art d'être parent, des cours d'éducation des adultes et de sexualité, et leur permet de se prévaloir de services de garderie développementale (Mathews, 1987g).

Les objectifs généraux du traitement offert dans le cadre de Genesis II comprennent notamment : la capacité d'assumer la responsabilité de son comportement sexuel abusif, de comprendre la victime et d'éprouver de l'empathie à son égard, de prendre conscience de ses propres processus émotionnels et psychologiques qui ont mené au comportement agressif et de trouver une manière de combler ses propres besoins sexuels et interpersonnels sans victimiser les autres (Mathews, 1987g). Le traitement des délinquants sexuels comporte également ces objectifs.

Toutefois, il est nécessaire d'établir des programmes mieux adaptés aux besoins des délinquantes sexuelles. Parmi les besoins spéciaux de ces dernières, on trouve l'acceptation de leur propre sexualité, l'atténuation de la honte et, parfois, la lutte contre la dépendance à l'égard des hommes (Mathews, 1987e, 1987f).

Why you shouldn't see VAGINA MONOLOGUES

Lesbian Pedophilia and the rape of girls

Don't attend performances.

Read More ..